La societe iseroise GMV a mis au point une technologie permettant de maitriser les tensions des panneaux solaires separement, afin de pouvoir intervenir pour de la maintenance en toute securite.

Les installations photovoltaiques se trouvent en permanence sous tension posant des problemes pour intervenir dessus, ou meme, a proximite."Nous avons mis au point un systeme lorsque nous nous sommes apercus qu'il existait un manque reglementaire sur la partie courant continu des installations photovoltaiques", nous explique David Cacioppola, co-gerant de la societe GMV Industrie. "La securite incendie est au coeur de nos metiers. Or, il n'existait rien d'autre sur le marche que des micro-onduleurs pour les panneaux solaires ou de placer des baches sur les capteurs pour les empecher de produire de l'electricite. Mais lors d'un incendie ces solutions sont inefficaces. Il fallait donc un systeme abaissant la tension des panneaux solaires et offrant une certaine resistance au feu !", poursuit-il. Car les professionnels relatent des cas de pompiers electrises lors d'interventions sur des generateurs photovoltaiques sous tension.

Un systeme d'abord destine a l'existant

Le systeme developpe par la PME iseroise prend donc en compte cet aspect securitaire en amont de l'onduleur. "Nous avons collabore avec les pompiers pour elaborer un cahier des charges", nous confie David Cacioppola. "Trois criteres etaient determinants : la tenue au feu selon une courbe ISO a 834°C, le temps pour les soldats du feu d'intervenir ; la presence d'un bouton exterieur coupe-circuit, situe dans le local technique ou a proximite de l'installation solaire ; et enfin, l'adjonction d'un repere visuel indiquant qu'il est possible d'intervenir sur les panneaux". Apres avoir mis au point son systeme, la petite societe s'est tournee vers le Centre national de prevention et de protection (CNPP) qui a recommande de suivre le referentiel Apsad D20 "Procedes photovoltaiques “ Document technique pour la securite des batiments", paru au mois de fevrier 2013. Concretement, le systeme baptise "CGMV" est forme par l'association d'un dispositif de commande a declenchement manuel, accessible depuis le sol aux intervenants (agents de maintenance ou sapeurs-pompiers), et d'organes de coupure raccordes aux modules photovoltaiques avec diodes d'indication de fonctionnement. Le bouton d'arret d'urgence isole unitairement chaque module et stoppe la production d'energie (partie courant continu) du generateur. Cette operation autorise l'arrosage en cas d'incendie, la mise en securite pour la maintenance ou en cas d'inondation, sans risque pour les intervenants. Le systeme permet un arret et une remise en route simplifies : le deverrouillage du bouton d'arret redemarre le generateur. Le produit propose par GMV securise les interventions sur les dispositifs solaires qui ne possedent, en general, pas de systeme de coupure au plus pres des modules et engendrent un risque d'electrisation ou d'electrocution.

Un surcout qui peut diminuer la police d'assurance

Pour l'heure, CGMV a ete installe chez six particuliers. "Le systeme est indique pour de l'existant. Mais nous travaillons maintenant sur des appels d'offre pour des fermes solaires et nous pensons a la construction neuve, en pre-equipement, directement sur les chaines de production des panneaux photovoltaiques", detaille David Cacioppola. Mais qu'en est-il du cout ? "Il faut compter aujourd'hui sur une a deux annees de production solaire de surcout, soit environ 2.500€. Mais, en retour, il est possible de faire baisser sa police d'assurance puisque le risque incendie est diminue", conclut le co-gerant de GMV Industrie. La societe, qui a souffert comme le reste de la filiere photovoltaique, a cause du moratoire, espere desormais qu'une future reglementation rendra son innovation indispensable.

Source: batiactu.com