D'un temperament bricoleur et convaincu par les economies que vous pourrez realiser en installant vous-meme vos panneaux solaires, vous avez decidé de vous lancer. Mais au moment de faire les comptes pour le cout de l'installation, les choses se compliquent. Voici quelques pistes sur ce que vous devez prendre en compte pour realiser votre propre devis, aussi complet que possible.

1. Vous devez déterminer la marque et le modèle de panneaux que vous souhaitez installer en fonction de vos besoins.

Pour franchir cette étape en toute connaissance de cause, vous pouvez vous référer à nos guides ou à notre précédent article pour vous aider à choisir entre polycristallin et monocrystallin. Une fois cela fait et les caractéristiques de la surface d'installation bien identifiées, vous pouvez déterminer le nombre de panneaux nécessaires. Leur fiche technique est à "annexer" à votre devis, car elle vous permet de savoir précisément à quelles normes répondra votre installation et de réaliser des simulations de production plus précises en y intégrant les caractéristiques particulières de vos modules. Grace au configurateurd'ALMA SOLAR vous determiner en 2 clics votre devis de materiel photovoltaique.

2. Faites une liste du matériel dont vous aurez besoin 

Pour assurer la future étanchéité de votre toit :vous devez déterminer le nombre de panneaux que vous allez installer. Vous avez 2 modes possibles : paysage et portrait. Nous vous conseillons de choisir le mode qui apportera le maximum de puissance. Ajouter 20 mm d'espacement entre les panneaux. Cet espace sera utilisé pour les pinces de fixation. Pour déterminer le nombre de pièces dont vous allez avoir besoin et savoir commet installer les systèmes de fixation, référez-vous à nos guides selon votre type de toiture : toit plat, toit à tuiles... Pensez surtout à respecter les conditions de sécurité afin de ne pas vous exposer à une chute.

Pour l'installation électrique : il faut tout d'abord prendre en compte le prix de l'onduleur mais aussi : d'un boitier DC avec interrupteur et d'un parasurtenseur qu'il est nécessaire d'installer entre les panneaux et l'onduleur afin d'éviter les surtensions du système ; d'un boitier AC avec disjoncteur qui sera placé entre l'onduleur et le boitier EDF pour isoler les différentes parties ; enfin du câblage. A propos de ce dernier, faites particulièrement attention à son diamètre afin de limiter les pertes et les risques de surchauffe.

Prenez en compte le passage au Consuel qui est obligatoire avant tout raccordement à EDF.

Calculez les frais imputables au chantier en lui-même comme le déblayage des gravats ou la location de matériel du type échafaudage qui peut être nécessaire sur certains bâtiments.

Faites une estimation des coûts de raccordement à ErDF : lors de votre demande de raccordement, ErDF vous envoie un tarif de raccordement. Pour valider cette offre, vous devez impérativement en payer 50%. Le reste sera réglé après la pose des compteurs. Cette étape ne concerne que ceux qui désirent un rachat total ou du surplus de production photovoltaïque. Vous pouvez aussi produire et consommer directement votre électricité provenant des panneaux solaires. Dans ce cas là, vous n'avez pas besoin de contacter ErDF. L'électricité étant une mécanique des fluides, vos appareils électriques s'alimenteront automatiquement à la source d'électricité la plus proche.

  • Si vous souscrivez à un emprunt pour réaliser les travaux, intégrez les différentes conditions de prêt dans votre calcul global.
  • Enfin, même si cela ne se chiffre pas pécuniairement, estimez le temps nécessaire pour mener votre chantier à bien, pour vous donner une idée de la durée de l’aventure dans laquelle vous vous lancez.